Carto Citoyenne : Pour une meilleure évaluation des politiques publiques en matière de Droits.

Le projet Cartographie Citoyenne en Tunisie a pour objectif principal de construire un outil de partage de l’information statistique détaillée et localisée, ainsi que des outils collaboratifs de cartographie physique des territoires (plan de ville, dessiner des zonages d’habitat dégradé, localisation des équipements et fiches descriptives, lieux culturels..) au service de la société civile.

 

L’équipe Carto répond à nos questions pour mieux vous faire découvrir ce projet innovant.

 

1/ Carto Citoyenne, en quelques mots c’est quoi ??
Cartographie Citoyenne est un projet qui vise à exploiter les données publiques et l’expertise citoyenne sous forme de cartes, afin de susciter des débats  autour des droits économiques, sociaux, culturels, environnementaux et politiques.

2/ En quoi ce projet peut donner les outils pour débattre et orienter l’action ??
Cartographie Citoyenne a pris comme fondement les données publiques et l’expertise citoyenne comme source d’information, en vue d’évaluer d’une part les politiques publiques en matière de droits économiques, sociaux, culturels, environnementaux, et politiques et d’autre part afin de les croiser avec les attentes, les besoins et les revendications sociales.
Ce parti pris nécessite un effort de négociation de l’ouverture des données publiques, que ce soit à travers la médiation de données ou à travers la contribution directe à l’évolution du cadre législatif concernant l’open data.
3/ Quels sont les gros enjeux de votre projet ??
L’un des enjeux du projet consiste à mener des collaborations durables et constructives dans le temps avec des collectifs, groupes, organisations et militants autour de droits.
La négociation de l’ouverture est un enjeu crucial également du fait que c’est un travail de longue haleine indispensable au suivi, évaluation et amélioration des politiques publiques.
Le développement de nouveaux outils de production cartographique libres de droits et accessibles à tout groupe de citoyens désirant s’en servir dans sa démarche de diagnostic et réflexion  est un enjeu technique de taille.
4 /est-ce que ce projet peut participer à la réduction des inégalités et des disparités entre les régions ? Si c’est le cas comment ???
À travers ses différentes activités, le projet se propose comme un outil permettant d’établir des diagnostics  citoyens et ce en identifiant les problématiques locales principales et les disparités qui en découlent.

Ce travail constitue une étape cruciale pour les groupes et collectifs locaux afin de s’orienter vers des  réflexions rationnelles et des actions concrètes.
À travers ses différents outils et en se basant sur les données et les cartes, le projet essaye de faire des diagnostics permettant d’identifier des disparités régionales.
Le projet identifie à travers les activités menées dans les régions, les cartes commentées et les articles les inégalités et les disparités régionales et incite les organisations, groupes et collectifs locaux à débattre, réfléchir et agir en les outillant en données et supports techniques de cartographie dans leurs plaidoyers et actions.

5 / quelles sont les grandes réalisations (résultats) réalisés jusque-là ???

 
Depuis son démarrage en 2015, le projet s’est fixé comme mission de former  un réseau qui s’élargit au fur et à mesure de nos activités. Le passage des activités centralisées  à Tunis en 2016 aux activités régionales à partir de 2017 nous a permis de changer d’échelle et mettre à l’épreuve l’utilité de notre démarche et nos outils dans différents contextes et revendications.
La mise à disposition du découpage en secteurs et municipalité en format accessible était aussi un grand pas pour le projet nous permettant d’aller de l’avant dans la fabrication  des cartes mais aussi dans la revendication d’une politique d’ouverture des données. Ce processus a été fructueux notamment lors des ateliers Carto à la Marsa, lorsque le projet a été sollicité par un groupe d’habitants  désirant s’organiser en liste citoyenne pour les élections municipales et souhaitant dresser un diagnostic de la région afin de préparer leurs programmes de travail s’ils soient élus au conseil municipal.
Le projet de décret OpenData, initié par l’unité d’administration électronique en partenariat avec le comité de l’Open Government Partnership,  vient renforcer et couronner la mission de médiation de données entamé en 2017.

6/avez vous des défis à relever ou de grandes dates pour la période à venir  ???
Les prochains défis concernent l’autonomisation juridique et administrative du projet  Cartographie Citoyenne qui se transformera d’ici la fin de l’année en une association,  et l’ouverture de débats un peu partout.