La société civile et le programme Soyons Actifs/Actives à la COP 26 .

La Conférence de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques est une conférence internationale organisée par les NationsUnies qui se déroulera du 1er au 12 novembre 2021 à Glasgow, en Écosse. Elle est la 26e Conférence des parties (d'où son acronyme : COP26), qui réunit les pays signataires de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). L’organisateur est le Royaume-Uni, en partenariat avec l’Italie. 

A cette occasion, la Tunisie relèvera ses ambitions en terme de réduction des effets des changements climatiques, en dépit de l’actuelle crise socio-économique et politique qu’elle vit. La délégation tunisienne, qui participera à ce sommet, comprend environ 80 membres représentant toutes les parties prenantes (parties gouvernementales, société civile, médias, autorités locales…).

La Tunisie s’est engagée depuis 2015 pour un développement à bas carbone et résilient aux impacts des changements climatiques, en confirmant la soumission de sa Contribution Déterminée au niveau National  CDN en Septembre 2015,  en s’engageant à baisser de 41% son intensité carbone à l’horizon 2030 par rapport à celle de 2010, son adhésion à l’agenda 2030 pour le développement durable et son lancement officiel au niveau national en Décembre 2016 ; son adhésion au cadre de Sendai sur la réduction de risques de catastrophes ; son engagement à l’Accord de Paris pour le climat, et l’intégration du développement à bas carbone et résilient aux impacts des changements climatiques dans son Plan National de Développement (2016-2020), adopté en Avril 2017.

Rawe El Kefi, jeune militante pour l’environnement, doctorante en Culture Studies et membre active de l'association Réseau Enfants de la Terre, membre du programme Soyons Actifs/Actives , fera partie de la délégation tunisienne qui participera à la Cop 26 . Le travail colossal fourni par l’association Réseau Enfants de la Terre, notamment dans le cadre du projet “Je mange dans mon école”, soutenu par le programme, pour éduquer les élèves aux questions environnementales a permis à Raoua de renforcer ses compétences sur la thématique et de représenter la société civile tunisienne, son association et le programme Soyons Actifs /Actives à cette conférence,  dans un contexte difficile marqué par la crise sanitaire et économique dûe à la pandémie de la Covid 19; le même contexte qui représente une véritable opportunité d’interroger les modes de développement, la solidarité internationale et l’économie verte. 

Rawe el Kefi, nous informe qu’elle portera la voix de la société civile tunisienne à Glasgow et qu’elle défendra une éducation pour l’environnement et un renforcement des capacités des élèves dans cette thématique. Elle nous confie que les programmes scolaires, en Tunisie, actuellement , font fi de cette question environnementale et qu’ils ne répondent aucunement aux défis fixés par la Tunisie en matière de développement durable et de protection de l’environnement : “ Je pars à Glasgow, aussi, pour découvrir les expériences d'autres pays qui ont beaucoup avancé sur cette question de l’éducation à l'environnement comme le Chili et l'Italie ” . En rentrant, elle compte bien en faire profiter ses camarades, son organisation mais également toutes les organisations concernées par cette thématique. “Mon souhait, c’est que l’éducation à la question environnementale, se fasse dans un cadre moins formel et que tous les acteurs de l’éducation , notamment les inspecteurs s'impliquent plus avec la société civile sur cette question”.

 A ce propos Mme Radhia Louhichi  , présidente de l’association Réseau Enfants de la Terre nous explique, que cette éducation à l’environnement dans un cadre moins formel que des séances de cours classiques peut avoir des effets très positifs sur les élèves “ même si le projet soutenu par le programme Soyons Actifs/Actives est terminé, les élèves continuent à entretenir leur jardin potager et ont même développé d’autres activités, comme la décoration et l’entretien de leur école”.  En somme, le plaidoyer porté par la délégation tunisienne dont fera partie Raoua fera du plaidoyer sur deux éléments clés:

la réforme du système éducatif en intégrant l’éducation au développement durable 

la valorisation du rôle de la société civile . 

A la fin de notre entretien, Raoua nous explique que c’est un grand honneur , pour elle, de représenter son pays à la COP 26 et que c’est également une responsabilité qu’elle souhaite endosser avec brio.

Ghada Hadhbaoui