JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DE L’ENFANT

Réimaginons l’avenir de l’enfance en respectant et en donnant d’une manière effective la priorité à l'intérêt supérieur de l'enfant

         

En célébrant le 20 Novembre, la 31ème journée mondiale de l’enfant, dans un contexte de crise pandémique Covid19, le pôle Education tient à rappeler que nous sommes toutes et tous responsables de la protection des droits des enfants et de leur application, et que cette journée internationale offre à chacun et chacune d’entre nous une occasion unique pour sensibiliser le public aux droits de l’enfant, de les promouvoir et de les  mettre en lumière, mais aussi de transformer cette date en actes concrets en faveur des enfants partout dans le monde.

Le pôle Education rappelle également les quatre principes fondamentaux de la Convention relative aux droits de l’enfant  qui sont : la non-discrimination ; la priorité donnée à l'intérêt supérieur de l'enfant ; le droit de vivre, de survivre et de se développer ; le respect des opinions de l'enfant.

Ces principes se manifestent dans les différents droits définis par le texte de la Convention : Le Droit à une identité, le droit à la santé, le droit à l’éducation, le droit à la vie en famille, le droit d’être protégé de la violence, le droit de s’exprimer, le droit d’être protégé de la guerre, le droit d’être protégé de l’exploitation, le droit à l’égalité et au respect des différences.

Cette année, pour parler de cette journée ,nousavons choisi de vous rapporter brièvement une étude réalisée par l’UNICEF sur la situation des enfants en Tunisie et qui vient d’être publiée.Nous nous focalisons essentiellement sur  les défis à relever, la situation sanitaire et éducative dans les écoles.( https://www.unicef.org/tunisia :Analyse de la situation des enfants en Tunisie-2020)

Analyse de la situation des enfants en Tunisie-2020)

1- Le rapport définit les défis de l’enfance en Tunisie en rapport avec les Objectifs de Développement Durable :

Défi 1: la pauvreté concentrée parmi les enfants

Défi 2: La forte prévalence de l’obésité chez le jeune enfant

Défi3: La faiblesse des acquis d’apprentissage des enfants

Défi 4: La persistance de foyers épidémiques qui touchent les enfants

Défi 5: Des problèmes négligés ou émergents affectant la santé des enfants

Défi 6: forte prévalence des enfants et des adolescents menacés et victimes d’exploitation et de violences

2- Quelques chiffres sur l’éducation :

L’accès a l’éducation de base en 2018 est quasiment universel en Tunisie :accés au primaire : 99,2%,accès au collège: 85,5%

Mais le gros problème réside dans les apprentissages  qui restent faibles, et notamment dans les compétences essentielles :en calcul, 72% des enfants de 7 a 14 ans n’ont pas les compétences de base ; en lecture, 34% des enfants n’ont pas les compétences de base.

3- L’infrastructure en milieu scolaire : l’eau, l’assainissement et l’hygiène

Dans le préscolaire:

- 2% des écoles n’ont pas accès a l’eau, 32% ont accès à une eau trop ou pas assez chlorée et 30% n’ont pas d’eau chaude

- 20% ne sont pas raccordées au réseau de l’ONAS et 63% négligent l’hygiène des sanitaires

- 71% ne sont pas conformes aux normes d’hygiène des cantines ni des literies (28%)

Dans le primaire:

- 9% des écoles ne sont pas raccordées à l’eau potable et 43% des eaux de boisson ont une teneur en chlore inferieure à la norme

- seulement 30% des écoles primaires sont raccordées au réseau de l’ONAS

- les trois quarts des écoles n’assurent pas l’installation de lavabos à proximité des toilettes

- 37% ne disposent pas de toilettes séparées f/g

Recommandation et mesures essentielles à prendre

-  renforcer le système de suivi des violences à l’égard des enfants 

- réviser le code de protection de l’enfance (1995), notamment pour :

-inclure des réponses aux nouvelles menaces qui pèsent sur les enfants 

-développer un circuit et une chaine de services de qualité pour la prise en charge des enfants victimes de violences, avec la société civile, les administrations concernées et le secteur privé

- développer des cellules de coordination de cette chaine de services au niveau central et dans chaque région 

- élaborer un programme d’éducation parentale avec un volet sur la promotion de méthodes éducatives alternatives à la violence 

- former les éducateurs (enseignants, travailleurs sociaux et autres gardiens d’enfants) à des méthodes de discipline alternatives à la violence verbale et physique

- porter la prévention de la violence et la protection de l’enfant au rang de priorité nationale

- renforcer les systèmes de détection et le signalement de l’exploitation et des violences faites aux enfants 

-  encourager l’état tunisien a lutter contre l’exploitation et les atteintes sexuelles visant les enfants sur internet, conformément à la résolution 74/174 des Nations Unies du 18 décembre 2019

Aujourd’hui, après 30 ans de la ratification des droits de l’enfant, nos défis restent très nombreux et, l’UNICEF nous invite à réimaginer notre monde. Nous réimaginerons ensemble une journée d’action globale par les enfants, pour les enfants, un monde sans discrimination, l’accès à une eau saine, un monde où tout enfant est inclut, un monde plus sécurisé, une planète plus saine, un avenir durable, un monde où chaque enfant peut être entendu, peut devenir un dirigeant, un avenir pour réimaginer l’éducation de qualité et la santé.

Héla Nafti et Imed Zouaoui

Coordinateurs du pôle éducation